Projets Mastère SILAT
Apport de la télédétection pour l'identification des anciens méandres des cours d'eau
Illustration du projet

Chef de projet : Ange-Marie Botroh

Date de soutenance : Mercredi 14 Octobre 2015

Sujet : paléochenaux (Milieux humides et Hydromorphologie)

Domaines :
Photointerprétation, Télédétection

Problématique :
Comment reperer les méandres inactifs à partir de la Télédétection?

Données utilisées :
Images SPOT6, MNT Lidar, bases de données géographiques (BD-TOPO), données historiques (carte d’État-major)

Territoire concerné :
En France : La Basse plaine du fleuve de l'Aude (11-34) Le Vistre (30) Le Metalin (25)

Logiciels utilisés :
QGIS, SAGA, GRASS, PYTHON

Résumé court :



L’objectif de ce projet est d’analyser et de proposer des méthodes en télédétection pour le repérage des anciens méandres des cours d’eau. L’étude a  porté sur des cours d’eau de taille différentes : le fleuve de l’Aude (34), le petit cours d’eau du  vistre (30) et deux très petits  cours d’eau (le Coche (73) et le ruisseau  du  « Metalin » (25)). Les données optiques à très haute résolution spatiale et les MNT Lidar ont été utilisées. Parmi les méthodes développées, l’analyse morphologique permet de détecter les traces des méandres inactifs par la mise en évidence des contours.

Résumé long :

Ce projet s’inscrit dans le cadre de la restauration hydromorphologique des cours d’eau initié par l’ONEMA. Il consiste à analyser et à proposer des méthodes en télédétection pour le repérage des anciens méandres des cours d’eau. Les sites sur lesquels ont porté l’étude sont : la basse plaine de l’Aude (34), le vistre (30), la rivière le Coche (73) et le ruisseau le « Metalin » dans les Melliers (25).En fonction des caractéristiques des méandres, deux approches méthodologiques ont été explorées à savoir : la caractérisation du reliquat de ripisylve par utilisation des données optiques à Très Haute Résolution Spatiale (THRS) et la recherche de la trace topographique à partir du MNT issus de Lidar. Les méthodes de classification et de calcul d’un indice de végétation tel que le NDVI sur les images optiques satellitaires ne sont pas suffisantes pour discriminer une classe caractéristique des arbres qui constituent une ancienne ripisylve. Cependant l’ancien tracé peut être identifié à partir de la trace sinueuse gardé par les ripisylves. Par ailleurs, l’analyse morphologique permet de détecter les traces des méandres inactifs par la mise en évidence des contours. Au vue de la petite surface et de l’artificialisation des sites d’étude, les ruptures de pente ne peuvent être identifiables. En dehors de l’extraction manuelle par digitalisation, les propriétés de caractérisation retenues ne sont pas suffisantes pour extraire automatiquement les méandres historiques.


Les méthodes développées constituent donc une aide à la photo-interprétation pour le repérage des méandres inactifs sur le terrain. Elles devraient être approfondies en vue d’une automatisation de l’extraction des paléoméandres.


Mots clés : restauration, anciens méandres, télédétection, Lidar, méthodes, végétation, morphologie, topographie.



Structure commanditaire Commanditaire
ONEMA Laetitia Boutet-Berry


Structure encadrante Tuteur
AgroParisTech Pierre Bazile


Structure des rapporteurs Rapporteurs
IRSTEA Kenji OSE
IRSTEA Flavie Cernesson

Le mois dernier Mars 2019 Le mois prochain
L Ma Me J V S D
week 9 1 2 3
week 10 4 5 6 7 8 9 10
week 11 11 12 13 14 15 16 17
week 12 18 19 20 21 22 23 24
week 13 25 26 27 28 29 30 31

Connexion

Flux RSS du site

Actualités du site